Secrets de fabrication : Réflexion autour du premier chapitre (2/2)

Secrets de fabrication : Réflexion autour du premier chapitre (2/2)

Après avoir parlé des différentes versions du premier chapitre qui ont conduit au véritable premier chapitre, on va se plonger un peu plus en détail dans ce dernier : 11h43. Lorsque je suis passé au format roman, j’ai spontanément commencé à écrire le point de vue de Barak. C’était simple, drôle et cela me donnait beaucoup de plaisir. Mais à ce moment-là, je ne songeais pas encore à l’étaler sur les points de vue des trois personnages principaux. Je comptais encore mettre en mots la dernière histoire de mon manga, à savoir le fameux temple évoqué dans le précédent post, qu’on verra dans le tome 2. Et comme je le disais, j’ai ensuite changé le début de l’histoire pour une plus simple, celles des enlèvements. Et j’ai réalisé que je n’avais plus le droit à l’erreur : une fois le livre sorti, je ne pourrais plus le recommencer. J’ai ainsi étudié plusieurs premiers chapitres de romans fantasy à succès. Parmi eux, deux m’ont beaucoup plu : le Hobbit, qui posait parfaitement les bases de l’histoire et distillait des indications sur le monde à parcourir, entre légendes, mystères et créatures fantastiques. Le deuxième, c’est celui de Harry Potter. C’est tout simplement mon premier chapitre préféré. Non seulement il présente bien les bases de l’histoire, mais surtout… il est drôle. Je le trouve à mourir de rire. Et il est magique, tout comme le reste du livre. J’ai beaucoup étudié la structure de ce dernier pour le Mercenaire d’Argent. Bref, les mésaventures des Dursley m’ont convaincu que je voulais commencer mon histoire par quelque chose de drôle pour accompagner le lecteur dans mon univers, tout en insérant un peu de mystère pour titiller sa curiosité, à savoir la fameuse chose qui s’est introduite au Coeur. Avec le roman, j’avais plus d’espace pour présenter les personnages, et l’idée de faire les trois points de vue m’est venue rapidement. Commencer avec Barak puis Saya permettait de laisser planer du mystère autour de Yorah, car ils font référence au héros dans leur partie. Les trois points de vue commencent par le début de leur journée et s’achèvent par l’explosion du Coeur. J’expose leur problématique principale, qui les suivra tout au long de la saga (Barak est un professeur de survie peureux, Saya aime faire les choses à sa façon et doit réussir ce qu’elle entreprend, Yorah est un être maudit qui n’arrive pas à s’intégrer) et j’insère dans chaque partie un peu de background (Barak : l’Onorie qui régit la planète et la sauvegarde de l’environnement, Saya : le fonctionnement d’Artéria et les Cristaux, Yorah : la Voix des âmes et les Porteurs d’Ayam). Le fil rouge de l’intrus, à mon sens, permet d’intéresser suffisamment le lecteur pour qu’il accepte cette masse d’informations, nécessaires dans les romans à univers fantasy. Et encore, j’ai dû faire le tri ! À noter que le titre, 11h43, est un clin d’oeil à Dragon Ball. C’est l’heure à laquelle les Saiyans Végéta et Nappa arrivent sur Terre . Voilà pour cette première analyse ! À la semaine prochaine !

#secretsdefabrication #lemercenairedargent #romanheroicfantasy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.